IL Y A 20 ANS …. Julius Kambarage Nyerere mourait.

C’était le 14 octobre 1999.

Ce jour-là, l’Afrique perd un des grands leaders de son Histoire qu’on surnommait le « Mwalimu » (le maître d’école).

Ancien Président de la République unie de Tanzanie, Julius Karamage Nyerere est né à Butiama (au Nord de la Tanzanie, aux abords du Lac Victoria) en avril 1922. Il fait ses études Edimbourg, avant de rentrer au pays et de fonder, en 1954, le Tanganyika African National Union (TANU). Par sa capacité à mobiliser l’ensemble de la population du pays dans une lutte pacifique pour l’indépendance (1954-1961), il fait de la Tanganyika African National Union une force politique sans rivale.

En 1960, son parti remporte les élections et il devient Premier ministre puis, premier Président à l’instauration de la République en 1962. Nyerere va régner sur la Tanzanie jusqu’en 1985, lorsqu’il décide de se retirer de la Présidence de la République. Il a été l’un des touts premiers présidents africains à se retirer de ses fonctions et à démocratiser son pays, bien avant la chute du mur de Berlin et le vent de la Perestroika.

On retiendra de lui qu’il n’a jamais cessé de combattre les différences ethniques de son pays, véritable fléau de l’unité africaine. Il se déplaçait à la rencontre des tribus pour dispenser la paix et faire valoir une politique de type socialiste qu’il définit en 1967 dans la déclaration d’Arusha. Nyerere jettait ainsi les bases d’une société fondée sur l’indépendance économique et la solidarité entre les hommes, « Ujamaa ». Il instaura l’école obligatoire, décrèta le Swahili langue officielle, nationalisa les entreprises et encouragea le regroupement du travail collectif dans le développement de l’agriculture. Si les résultats ne sont pas à la hauteur des efforts déployés, Nyerere réussit cependant à construire une réelle identité tanzanienne. Seule la Chine apporte son soutien à ce panafricaniste convaincu, espérant consolider ses positions en Afrique de l’Est. Au cours de son règne, il a aussi joué un rôle crucial dans l’appui aux mouvements politiques dans plusieurs pays africains. Des organisations comme l’ANC, la ZANU, la SWAPO, le FRELIMO, le PRP de Laurent Désiré Kabila et des révolutionnaires comme l’argentin Ernesto Che Guevara ont été accueillis et soutenus chez lui.

En novembre 1985, Nyerere quitte la vie politique après 24 ans au pouvoir. Et en 1990, il quitta la présidence du parti qu’il avait fondé, (devenu depuis 1977, « Chama Cha Mapinduzi » ou « Parti de la révolution »). Le 14 octobre 1999, il rend l’âme à Londres.

(Visited 5 times, 1 visits today)

Articles Similaires

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *