RDC: Lieutenant-Général Marie Sylvestre LWETCHA BITOMWA

 

 

Il fut l’un des principaux chefs de file du mouvement Maï-Maï en RD Congo. « Ka nyama kadogo, Fulushi kabambi », aimait-il se faire appeler. Pendant toutes les années d’exil en Tanzanie, on le connaît sous le nom de « Pasteur Kabamba ».

L’Histoire retiendra que c’est lui qui, à la mort du Président Laurent Désiré Kabila en janvier 2001, avait imposé Joseph Kabila comme « Coordonnateur de l’action gouvernementale » (un Président de la République intérimaire, en quelque sorte). Le pays risquait de s’engluer dans une lutte de succession entre Eddy Kapend (aide de camp du Chef de l’Etat) et Mwenze Kongolo (ministre de la justice, soutenu par les zimbabwéens). Le bras de fer ne sera que de courte durée, car le Lieutenant-Général Lwetcha avait fini par s’imposer.

Le Lieutenant-Général Sylvestre LWETCHA naît dans le Lulenge (Territoire de Fizi). Lors de la rébellion muléliste de 1963-1964, il est commis-comptable à la Sucrerie et Raffinerie de l’Afrique Centrale (SUCRAF) de Kiliba (Province du Sud-Kivu, dans l’est de la RD Congo). Il rejoint les rangs de la rébellion et fait la connaissance de Laurent Désiré Kabila, avec qui il fonde le Parti de la Révolution du Peuple (PRP). Mais en 1965, lorsque l’Armée Nationale Congolaise reprend Lulenge, Sylvestre LWETCHA va en exil en Tanzanie, d’abord dans le camp de réfugiés congolais de Kigwa, avant de s’installer à Kigoma. Ensemble avec Laurent-Désiré Kabila, ils lanceront quelques attaques dans le Lulenge vers les années 70, sans succès.

En octobre 1996, aux côtés de Laurent-Désiré Kabila, le Lieutenant-Général Sylvestre LWETCHA rentre au Zaïre. Il coordonnera notamment les opérations sur l’axe Lemera, Uvira, Fizi et Kalemie, jusqu’à la prise de Kinshasa en mai 1997. Il est alors nommé président de la Commission Nationale de Pacification (CNP), une structure du gouvernement qui tentait de mettre fin aux conflits et à l’hostilité entre différentes communautés du Nord et du Sud-Kivu, et particulièrement entre les Banyamulenge et les autres ethnies (Bembe et Buyu). En août 1998, il est d’ailleurs en mission de service à Bukavu lorsque la rébellion du RCD est lancée. Il décide alors de se replier à Bunyakiri où il résistera contre l’armée rwandaise, aux côtés d’un autre combattant Maï-Maï, Padiri (aujourd’hui Général de brigade au sein des FARDC). Le Président LD Kabila confiera d’ailleurs au Lieutenant-Général Sylvestre LWETCHA la charge de coordonner la résistance des combattants nationalistes Maï-Maï disséminés dans la région s’étendant entre la zone de Fizi et le Sud de la Baie de Burton (Ubwari-Kazimia-Wimbi).

En septembre 1999, le Président LD Kabila le nomme Chef d’Etat-Major interarmées (des Forces Armées Congolaises). Lorsque Joseph Kabila est confirmé Président de la République démocratique du Congo, il le gardera comme Chef d’état-major interarmées, secondé par les Généraux Dieudonné Kayembe (chef d’état-major quartier général ), François Olenga (force terrestre), Liwanga Hata (forces navales) et John Numbi (armée de l’air). C’est en novembre 2001 qu’il quittera ses fonctions, remplacé par le Général Baudouin Liwanga Mata Nyamuniobo.

Le Lieutenant-Général Marie Sylvestre LWETCHA BITOMWA a tiré sa révérence le 22 février 2005.

(Visited 316 times, 1 visits today)

Articles Similaires

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *